Présentation

Situation Géographique

Issue de la réforme sur la décentralisation de 1996, la Commune d’Arrondissement des Liberté, située au Nord Ouest du département de Dakar, est limitée :
 - Au NORD par la route du front de terre, la VDN (voie de dégagement nord), carrefour liberté 6  Khar Yalla .
 - A l’EST  par les allées Ababacar Sy  du rond point jet d’eau au rond point Terminus Liberté 5  ( ex Sotrac  actuel  Dakar DEM Dick ) puis le tronçon de l’avenue Cheikh Ahmadou Bamba compris entre le rond point du terminus  et la rue qui  débouche  sur la route du Front de Terre . L’emprise des allées  est comprise  dans  la commune de  Dieuppeul  Derklé.
 - Au SUD l’Avenue Bourguiba  entre son intersection  du boulevard Dial. Diop  et le rond point jet d’eau.
 - A l’OUEST : la VDN dans son intersection avec le prolongement de la route du front de terre, l’ancienne piste jusqu’à la route limitant sacre –cœur 1-2-3 au Nord, puis celle –ci jusqu’à son intersection avec le boulevard Dial -Diop, puis celle-ci jusqu’à son intersection avec l’avenue Bourguiba.                   
 Elle Compte 5.109 maisons et 7351 ménages.
 Les Sicap Liberté regroupent les quartiers de Liberté 1, Liberté 2, une partie de Liberté 3, Liberté 4, une partie de Liberté 5, Liberté 6, Liberté 6 extension et un quartier flottant appelé BARAKA.

Historique

Les principaux évènements qui ont marqué la vie sociale, économique, politique et culturelle des SICAP  Liberté depuis sa création se résument à :
1958 : Construction de la SICAP  Liberté 1 et du Printania  (actuel Score)
1959 : Construction de la SICAP  Liberté 2
1960 : Construction de la SICAP Liberté 3 et de la 1ére Mosquée dans les SICAP  sis à la Liberté 1 (située actuellement dans la commune de Sacré-Cœur) par l’association Entente Musulmane créée dans cette même année.
1963 : Inauguration du stade de l’Amitié (actuel stade Demba DIOP).
1965 : Construction de la SICAP Liberté 4 et de la 1ére école primaire (école Liberté 1)
1966 : Naissance de la 1ère association regroupant tous les habitants de la SICAP : Association Syndicale des Propriétaires et Locataires des SICAP (ASPLS).
1967 : Construction de Liberté 5 et inauguration de la grande mosquée de Dieuppeul (sis Liberté 3).
1973 : Construction de Liberté 6
1974 : Construction de la Caserne des Sapeurs Pompiers.
1980 : Installation première école privée basée à Liberté 6 (NOLIVE)
1981 : Construction du CES Dial Diop à Liberté 6 (actuel CEM David Diop)
1983 : Signature des actes de ventes des logements.
1984 : Après leur déguerpissement à Conakry 2 (Sacré – Cœur) les populations à majorité guinéenne vont s’installer à Périphérie Ouest de Liberté 6, d’où la création d’un quartier  appelé BARAKA.

1987 : Radiation des policiers. 
1992 : Réintégration des policiers (police municipale).
1993 : Création des postes de santé (Liberté 1- 4 « situé actuellement dans la commune de Sacré-Cœur » et 6) et de la case de santé de Baraka.
1996 : Année de la réforme sur la décentralisation créant les communes d’arrondissement      de SICAP  Liberté avec comme 1er Maire AMADOU LAMINE DIAL.
1997 : Naissance du Comité de Développement Local des SICAP  Liberté (CDL).
2002 : installation du Président de la Délégation spéciale puis Installation du second maire de la commune d’arrondissement des SICAP  Liberté en la personne d’Adja Gnagna THOURE
2009 : installation du 3e  Maire Pape  DIOP
2010 : installation du 4e  Maire Santi  Sene HAGNE

La CAL est subdivisée en  six (06) quartiers modernes numérotés de 1 à 6, correspondant aux différents programmes de construction de la SICAP. Dans chaque quartier, les populations ont donné des dénominations particulières à leurs localités qui sont séparées par des rues ou ruelles.
LIBERTE I    :  Zone Score – zone Takku Liguey
LIBERTE II   :  Zone Stade Demba Diop – zone Antillana
LIBERTE III  :  Liberté 3A- Lib.3 B (Commune Dieupeul- Derklé ) – Jet d’Eau- Cité Economique ou Minimum.
LIBERTE IV :  Liberté 4 Résidence – Cité Police
LIBERTE V   : Liberté 5 A – Liberté 5 B et C (Commune Dieupeul- Derklé)
LIBERTE VI   : Liberté 6 – Nord Extension- BARAKA – Front de Terre


Il est l’organe délibérant de la collectivité locale. Le conseil municipal est composé de 56 membres, tous élus au suffrage universel dont 20 femmes et 36 hommes. La collectivité locale ayant pour mission générale comme mentionnée dans le code des collectivités locales « la conception, la programmation et la mise en œuvre des actions de développement économique, social, culturel d’intérêt local ». Le conseil délibère sur les compétences qui lui sont attribuées dans le code des collectivités locales afin de répondre à la demande sociale.
Ainsi pour la fonctionnalité du conseil la loi prévoit la tenue de réunions ordinaires une fois par trimestre et de session extra ordinaire à chaque fois que le besoin se fait sentir. Pour une meilleur prise de décision, le conseil municipal s’appuie sur des commissions techniques composées de membres du conseil mais peuvent être élargies à des personnes ressources. Cette démarche participative et inclusive, est une exigence de la bonne gouvernance avec comme principes, l’élaboration de budget participatif et le contrôle citoyen, gages d’une appropriation des programmes et projets de la commune d’arrondissement par les populations.
Cependant le conseil municipal n’a tenu que deux sessions ordinaires et on constate le manque de dynamisme des commissions techniques.